This page in English

L’astronome chalonnais Benjamin Baillaud, et la petite histoire de son buste érigé dans un jardin public de Chalon-sur-Saône

par Lucien Baillaud

Publié aux frais d'auteur, à Clermont-Ferrand, France, en 2004. Affiché avec l'autorisation de l'auteur, Lucien Baillaud, petit-fils de Benjamin Baillaud. Copié et affiché par Joseph S. Tenn conjointement avec son Bruce Medalists website.

Texte
Complète (pdf).

Images
Figure 1: Maison natale: la brasserie du Tonneau d'Or. Document offert par M. Henri Huet.
Figure 2: Maison natale en 2002. Cliché: Virginie Gaiffe.
Figure 3: Élèves de l’École normale supérieure. Au dernier rang, trois futurs membres de l’Académie des sciences: Benjamin Baillaud est au milieu ; à sa droite, son futur beau-frère le mathématicien Jules Tannery (époux de la Chalonnaise Esther Baillaud), tout à gauche son autre futur beau-frère le physicien Edmond Bouty (époux de la Laissagaise Émilie Pons). Cliché: famille Bouty.
Figure 4: Edmond Bouty, Jules Tannery, Benjamin Baillaud [de Figure 3].
Figure 5: Benjamin et les siens vers 1898. De gauche à droite, devant: Madeleine, Hélène et Hélène (mère et fille), Marthe; derrière: Pierre, Henri, Émile, Benjamin, Jules et René.
Figure 6: 9 avril 1931, à Toulouse, mariage de Paulette Baillaud et de Pierre Boisdon. Benjamin et presque tous les siens. De gauche à droite et de haut en bas, René1, Jules1, Pierre5, Emile1; Alfred5 ; Jean3 et Marthe2 Privat, Jeanne4, Raymond5, Hélène de Madinhac2; Marie6 et Marcel7 Didier, Marthe4, Louise (Chouquette)6, Gaby6, Hélène6 ; Adrienne4, Madeleine Privat2 (et Henri Didier8), Paulette6, Benjamin, Pierre Boisdon7, Henri1, Joseph5, Edouard Privat3 ; Paul5, Madeleine6, Madeleine de Madinhac (Nichette)6, Etienne5, Pierre Privat5, Lucien5, Raymond de Madinhac5. Absents: Marcel5, Paul de Madinhac3 et Paul Privat5.
1fils ; 2fille ; 3gendre ; 4belle-fille ; 5petit-fils ; 6petite-fille ; 7petit-gendre ; 8arrière-petit-fils.
Figure 7: Extrait du recueil Benjamin Baillaud 1848-1934, Privat, Toulouse, 1937, 175 p.
Figure 8: Portrait de Benjamin Baillaud, peint en 1916 par André Rixens (Saint-Gaudens 1846 – Paris 1924), ami des Privat, filles et gendres de Benjamin Baillaud. À Palmas, chez Hélène Lionnet, arrière-petite-fille de Benjamin Baillaud. © Hélène Lionnet.
Figure 9: Benjamin Baillaud en 1916. Peinture de Mlle Madeleine Cartailhac, Sociétaire du Salon des Artistes français (qui exposa notamment de 1923 à 1940) ; elle était fille du préhistorien toulousain Émile Cartailhac (1845 – 1921). Cette peinture, offerte par Jules Baillaud à l’Observatoire de Paris, est la copie du portrait par André Rixens (Saint-Gaudens 1846 – Paris 1924), © Observatoire de Paris.
Figure 10: Médaillon réalisé et offert en 1923 par le prix de Rome Raoul Bénard, sculpteur et graveur en médailles (Elbeuf 1881 – Hendaye 1961), cousin par alliance de l’astronome René Baillaud. Cliché: Laurent Baillaud. Ce médaillon faisait partie d’un cadre qui a remporté une médaille d’or au Salon de 1924.
Figure 11: La salle des « dames de la carte », vers 1900. Collection René Baillaud ou: Référence «A.M.T., 7 Z (Fonds de l’Observatoire) », publiée p. 184 de Cinq siècles d’astronomie toulousaine. Ils observaient les étoiles, Archives Municipales de Toulouse, Toulouse 2002, ISBN, 2-95-13479.4.4, 260 p. La troisième «dame» à partir de la droite (au fond, face au buste) est Léonie Pons, soeur d’Hélène.
Figure 12: Buste de Benjamin Baillaud conservé au Musée Denon de Chalon-sur-Saône (offert par M. Gustave Pinette), photographié de dessous, avec difficulté, par Virginie Gaiffe, quand il était dans les réserves du Musée. Buste en marbre de Benjamin Baillaud (sculpté par Maurette en 1890), conservé chez lui aux Observatoires de Toulouse puis de Paris, offert par lui-même après sa retraite ou par ses enfants à l’Observatoire de Toulouse, conservé à la bibliothèque de l’Observatoire Midi-Pyrénées. Cliché: Emmanuel Davoust. En bas à droite, signature et date.
Figure 13: «Monument élevé à la mémoire de B. Baillaud dans le square du palais de Justice» et «Buste de bronze de Benjamin Baillaud». Extrait du Bulletin de l’Association amicale des anciens elèves du Collège de Chalon-sur-Saône, 1938.
Figure 14: De gauche à droite: Original en terre cuite du Buste de Benjamin Baillaud, par Henry Maurette, conservé par Jacques Baillaud à Corneilla-la-Rivière. Socle : 14 cm de hauteur, 44 de longueur, 32 de largeur ; buste lui-même, respectivement 60, 64 et 37 cm ; tour de tête , environ 75 cm ; cliché: Jacques Baillaud. Buste de plâtre conservé un temps à Sévérac-l’Église, à la Taoupenne, par Christiane et Denis Baillaud, actuellement par Madeleine et Marie-Thé, filles de Paulette Boisdon, à Laissac. cliché: Christiane Baillaud; détail: des décorations. Buste de plâtre conservé à Sévérac-l’Église par la famille de Marcel Baillaud, cliché : Christiane Baillaud ; détail du précédent: signature et date 1887.
Figure 15: 1945 : Simulacre d’inauguration. Cliché Yves Guignardat, reproduit dans l’édition de Chalon-sur-Saône du Courrier de Saône et Loire du 29 août 1980. Selon Yves Guignardat, «Les vergobrets et druides représentés sont, de gauche à droite, Bernard Parizot (qui a tenu un grand hôtel aux Gets), puis, aux trois-quarts caché, Jean Trémeau, qui fut un grand P.D.G. de la fabrication des clapets, puis Jean Carrière, qui fut directeur de la banque internationale et que Mitterand a nommé P.D.G. de la S.E.I.T.A. Ensuite, c’est moi en culotte de golf, puis Robert Ponnet, qui était un assez bon trompettiste de jazz et est devenu un des dirigeants de la Thomson. De l’autre côte: Gérard Jannin, directeur de la Banque de France de Grenoble, Jean Guénot, qui s’est fait professeur, puis René Gallas, qui était directeur d’un Hôpital d’Orléans, puis Pierre Micheron, parfumeur.»
Figure 16: Le nouveau buste de pierre, sculpté par Georges Granger en 1953, d’après le moulage qu’il avait conservé du buste de bronze, à gauche cliché Henri Huet, 2003. À droite, extrait du Courrier de Saône et Loire du 22 septembre 1970; la stèle porte les inscriptions d’origine.
Figure 17: Le buste sculpté par Georges Granger en 1953, sur la stèle de 1938, portant les inscriptions transcrites vers 1988 sur des plaques rénovées. L’ombre des arbres rend les photographies difficiles à faire. Clichés: Virginie Gaiffe, juin 2001.
Figure 18: Timbre-poste français émis en 2009 pour commémorer le centenaire de la coupole Baillaud du Pic du Midi.
Figure 19: Feuillet de timbres émis par la République de Guinée en l’honneur de 6 astronomes à l’occasion de l’Année Mondiale de l’Astronomie, 2009. Les astronomes sont: Benjamin Baillaud, Galileo Galilei, Johannes Kepler, Subrahmanyan Chandrasekhar, Pierre-Simon Laplace et Nicolas Copernic.

 

Please send comments, additions, corrections, and questions to
joe.tenn@sonoma.edu
JST
2011-11-20